Une fille de la charité récompensée pour ses mérites en défendant la dignité humaine et les des droits de l’homme

[Province de Varsovie] Dimanche 29 juillet 2018, dans le cadre des célébrations du 74 ème anniversaire de l’Insurrection de Varsovie, le président de la Pologne, Andrzej Duda, a décerné les plus hautes décorations aux vétérans de l’insurrection. La cérémonie a eu lieu dans la cour du musée de l’Insurrection de Varsovie.

Parmi les décorés: “pour des mérites exceptionnels dans la défense de la dignité, de l’humanité et des droits humains, un service généreux, pour avoir sauver des vies et soigner ceux qui avaient besoin d’aide”: Sr Józefa SŁUPIAŃSKA, fille de la charité de Saint-Vincent de Paul de Varsovie a été décorée avec la croix des chevaliers de l’ordre de Polonia Restituta (5ème classe). Pendant la Seconde Guerre mondiale et lors du soulèvement, elle a travaillé comme infirmière à l’hôpital auprès des enfants de Varsovie et lorsque l’hôpital a été évacué, après le soulèvement, elle était avec les patients et le personnel évacués. En mars de cette année, elle a célébré son 106 ème anniversaire.

S’adressant aux insurgés, M. le Président a déclaré: “Vous vous êtes battus pour les valeurs de votre pays, vous ne vous êtes pas battus dans un esprit de vengeance, le message le plus important du soulèvement de Varsovie, fut la lutte pour la liberté et le désir de liberté en tant que tel. “

Le soulèvement de Varsovie a duré du 1er août au 3 octobre 1944. C’était une lutte militaire contre les forces allemandes nazies occupant Varsovie sur la rive gauche de la Vistule. La rive droite était déjà libérée par les Soviétiques et dépendait des forces polonaises de l’Union soviétique. L’insurrection a été organisée par l’Armée du peuple, la plus grande organisation militaire clandestine en Europe occupée. D’un point de vue militaire, l’insurrection de Varsovie visait les occupants nazis dans le but de libérer la capitale de la Pologne. D’un point de vue politique, c’était une manifestation d’indépendance et de souveraineté pour l’Union soviétique, leur armée rouge, le gouvernement communiste polonais nouvellement formé et les forces armées qui dépendaient des dirigeants soviétiques. Les troupes soviétiques, appelées « libérateurs », campaient déjà sur la rive droite de la Vistule, là où de nouveaux occupants n’étaient pas impliqués dans le soulèvement. Ils n’ont apporté ni soutien ni aide aux insurgés qui se battaient sur la rive gauche.

Ils n’ont même pas permis aux forces alliées occidentales de fournir du matériel par largage aérien, à partir d’aérodromes temporaires déjà libérés par les territoires des troupes soviétiques. Cette décision a considérablement limité l’aide qui pourrait être fournie aux insurgés. Les troupes insurgées se sont battues seules contre les forces nazies.Le soulèvement qui aurait dû prendre une semaine a duré environ 63 jours. Finalement, son commandant a signé l’acte de capitulation le 3 octobre. Selon lui, quelque 500 000 civils résidant à Varsovie ont été expulsés de force de la ville. Ceux qui ont survécu aux combats de rue, sont devenus des réfugiés. Les forces allemandes ont ensuite transformé la ville en un océan de ruines.

Au cours du soulèvement, environ 200 000 civils et 16 000 soldats de l’armée clandestine ont été tués, il y a eu 20 000 blessés et 15 000 prisonniers de guerre.

Views: 415