Petite contribution en souvenir de Soeur Suzanne Guillemin, Fille de la Charité

[Province de San Vincenzo Italie] A l’occasion du 50ème anniversaire de la mort de Sœur Suzanne Guillemin, je voudrais proposer quelques réflexions sur celle qui est considérée, dans nos mémoires comme un “Prophète” de la Petite Compagnie. Aujourd’hui comme hier, son témoignage de vie et ses paroles sont vraiment cohérents avec la devise : “Données à Dieu, en Communauté, pour le service des pauvres ».

Nous avons encore un long chemin à parcourir pour réaliser ses lignes directrices pour la Petite Compagnie et elle nous exhorte en rappelant que “l’Événement c’est Dieu”. Voici quelques paroles qu’elle a laissées aux Soeurs Servantes:

Un autre aspect qui est lui même aussi dénigré, combattu à l’heure actuelle :  le silence. Il n’y a rien de grand, même en dehors de toute vie religieuse, rien de « fructifiant », si on peut dire, qui ne se fait sur cette terre dans le silence.

Si les savants n’ avaient pas une zone de silence autour d’eux, ils seraient incapables de penser et de faire avancer la science. Ceci on ne le comprend pas suffisamment maintenant. Même, certains prêtres religieux finissent par ne plus comprendre ce que c’est que cette valeur du silence. On a tellement parlé, et avec raison d’ailleurs, de la nécessité des échanges fraternels. Le Saint Père a tellement promu la question du dialogue, (mais qu’il voit dans un tout autre sens), qu’on finit par oublier ce qui est la base, le silence personnel, sans lequel les deux autres échanges ou dialogue ne peuvent pas exister. Lorsqu’on rencontre les autres pour parler, le dialogue qui peut s’établir, les échanges que l’on peut instituer n’auront de valeur que s’ils ont été préparés par un dialogue intérieur de chaque être avec Dieu, qui est ce qu’on appelle le silence.

Car le silence ce n’est pas autre chose que cela. Le silence ce n’est pas le vide, quelque chose qu’on vide et puis c’est fini. Le vide cela n’apporte rien, c’est négatif. Le silence c’est cette zone de solitude intérieure qui nous permet de retrouver le Seigneur, de renouer le contact. Il ne faut pas que nous perdions dans nos vies cette valeur de silence.

(Instructions aux Sœurs Servantes par Mère Guillemin « L’Ascèse de la Fille de la Charité »).

Merci, Seigneur, pour le “précieux cadeau” de ce passage de Soeur Suzanne dans la Petite

Compagnie; aide-nous à nous engager a réalisé ses enseignements évangéliques. C’est le meilleur moyen de garder sa mémoire vivante.

Sr. Paola Mollo, Fille de la Charité

Views: 2 150