Prière œcuménique

Preghiera Ecumenica[San Vincenzo – Italie] Depuis quelques années, à la fin de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, la paroisse de Mortegliano, village près d’Udine (Italie du Nord), célèbre une veillée de prière «œcuménique», présidée par le curé de la paroisse et un pasteur luthérien. Cette année, le thème de la semaine de prière était «Donne-moi à boire»,  récit de la Samaritaine dans l’évangile de Jean (Jn 4, 1-42). A la veillée de prière, nous avons également fait participer nos enfants de l’école secondaire : celle-ci a commencé par un geste significatif: un puits évoquant celui de la Samaritaine a été  placé au pied de l’autel ; les deux célébrants y ont versé de l’eau deux cruches d’eau. Plus tard, les enfants ont aussi versé de l’eau, contenue dans une bouteille apportée de leur domicile. Ce geste représentait chaque chrétien qui, issu de différentes «sources», essaye de tendre vers l’unité. Les enfants ont également présenté trois signes, symbolisant ce qui lie et unit les différentes confessions chrétiennes: une Bible, symbole de la Parole de Dieu que nous sommes tous appelés à écouter pour la partager et donner un sens à nos vies; l’encens : symbole de la prière qui s’élève vers Dieu; un tablier : rappel le commandement de l’amour qui nous pousse à nous mettre au service les uns des autres.

Avec ces gestes, nous voulions transmettre aux enfants l’importance de rechercher de ce qui unit plutôt que de ce qui divise, et comment chacun de nous peut apporter sa contribution pour construire la communauté chrétienne. Toutefois, ces gestes reflètent aussi notre réalité en tant que Filles de la Charité: chacun de nous a sa propre histoire, sa façon d’être, sa personnalité. Malgré notre diversité, nous nous réunissons dans la Compagnie des Filles de la Charité, appelées par Dieu, à nous donner à Lui, en Communauté pour le servir dans les pauvres. Nous aussi, nous sommes appelées à  construire et à vivre l’unité qui est l’harmonisation des différences, tout en valorisant les dons de chacun.

Le pasteur luthérien a commenté en  profondeur l’évangile de la Samaritaine. Il nous a rappelés que tout le monde a besoin de boire pour vivre, et cela ne dépend pas que de nous: les êtres humains ne sont pas auto-suffisants. Le dialogue entre Jésus et la Samaritaine commence par un malentendu : la Samaritaine ne pense qu’à l’eau matérielle, alors que Jésus pense à une eau différente. La même chose arrive aux gens d’aujourd’hui. Ils essaient souvent de satisfaire leur soif avec de l’eau qui étanche seulement pour un moment ou de façon illusoire : avec de l’argent, des choses matérielles, le succès, la sécurité … L’eau vive, qui étanche vraiment la soif profonde dans le cœur d’un être humain, ne peut être donnée que par Jésus qui est toujours prêt à s’offrir. C’est aux gens d’accepter le don et de le vivre jour après jour. Nous, les Filles de la Charité, nous sommes appelées à marcher aux côtés des personnes assoiffées de notre temps et à leur fairedécouvrir l’eau qui répond en plénitude aux attentes de leurs cœurs. Mais cela n’est possible que si nous laissons en premier, Jésus étancher notre soif de tous les jours. La veillée de prière s’est terminé par ce texte pour les Eglises chrétiennes, texte qui pourrait convenir aussi pour nos communautés: “O Dieu, rends nos Églises ( nos communautés) accueillantes, que la fête et le pardon, la joie et la tendresse, la force et la foi soient pratiqués chaque jour et soient nourriture quotidienne pour continuer d’avançer vers Jésus-Christ. Amen “.

Views: 2 243