Première rencontre des sœurs servantes

[Thaïlande] Le première rencontre des sœurs servantes asiatiques (ASSE 1) a eu lieu à la maison de retraite Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse, à Chachengsao, en Thaïlande. La propriété des sœurs de Saint Paul de Chartres, possède une chapelle qui est une réplique de celle de la maison-mère, à Paris. Cela a était propice à notre session du 2 au 11 mars 2012, qui avait pour thème: « soeur servante… Laissons-nous transformer par l’Esprit, source de Prophétie et d’Espérance ».

Un total de 56 participants venus de 8 provinces (Chine, Inde du Nord, Inde du Sud, Indonésie, Japon, Philippines, Thaïlande et Vietnam) et 6 membres des commissions locales préparatoires étaient présents. Sœur Evelyne Franc, Supérieure générale, le Père Patrick Griffin, Directeur général et soeur Madeline Hara, Conseillère générale pour l’Asie ont honoré de leur présence, cette rencontre historique.

     

VOIR – signifie voir avec les yeux, connaître avec l’esprit, comprendre avec le cœur.

Nous avons reconnu, dans nos diverses situations et expériences, un désir commun d’être fidèles, un travail commun dans nos manières d’animer et d’accompagner nos sœurs, une rencontre possible avec nos diversités (nourriture, langue et culture), un lien enraciné dans l’amour et l’attachement à notre charisme et un amour profond pour la Compagnie qui nous lie les uns aux autres.

JUGER – signifie méditer dans nos cœurs, contempler et réfléchir dans la prière, discerner la Volonté de Dieu.

Première conférence de Sœur Evelyne: Dans la Compagnie, chacune d’entre nous a été appelée à un amour plus grand et plus profond pour sa vocation et pour la Compagnie. Dansson deuxième discours sur le nouveau Guide des sœurs servantes, sœur Evelyne a souligné l’importance de la mission de la sœur servante et comment sa formation avait été une préoccupation majeure depuis le début de la Compagnie.

Le Père Patrick a utilisé l’image biblique du lavement des pieds: «… nous faisons ce que nous faisons, non pour l’accomplissement de la règle ou de la loi, mais par amour. Nous sommes tenus non pas par une obligation légale, mais par l’obligation de l’attention à l’autre. Nous donnons la première place aux autres, et nous nous ouvrons à leurs besoins et leurs désirs, plutôt qu’aux nôtres. Nous le faisons par notre vie entière, chaque jour, pour le Seigneur. Nous le faisons pour nos sœurs dans la communauté, comme leur servante… »

Sessions d’approfondissement avec soeur Madeline qui a travaillé les documents sources de la Compagnie et mis en évidence les bases sur lesquelles nos convictions sont fondées.

AGIR : signifie mettre en pratique ce qui a été discerné COMME LA VOLONTÉ DE DIEU.

Sur le plan personnel: Ce que j’ai constaté de moi-même en tant que sœur servante ? Quelle disponibilité et quel service dois-je apporter à mes sœurs?

À l’échelle provinciale: Quels sont les moyens concrets par lesquels nous pouvons nous améliorer:

1. Communication : accompagnement et responsabilité:

A. entre le visitatrice et les sœurs servantes?

B. entre sœurs servantes et sœurs compagnes?

2. Formation permanente des sœurs servantes?

La première rencontre pour les sœurs servantes de l’Asie était à la fois historique et mémorable. Elle a confirmé de manière inconditionnelle, la mission essentielle et le rôle de la sœur servante dans la communauté locale, dans la province et dans la Compagnie. Pour les sœurs servantes et les visitatrices présentes à la rencontre, il était clair que où que nous soyons, notre identité et nos origines déterminent ce que nous voulons être: nos décisions, notre mode de vie et notre service.

«… Une tentative de renouvellement ou d’adaptation qui n’aurait pas comme point de départ le désir de souligner l’esprit de notre origine serait vouée à l’échec.”

Soeur Suzanne Guillemin, 1 Janvier 1965

Préparé par: sœur Ma. Teresa Mueda, (visitatrice de la province des Philippines) et sœur Violeta Cecilio, Fille de la Charité, secrétaire d’ASSE1 (Province de Thaïlande)

Views: 1 952