La communauté de Fain-lès-Moutiers

Notre communauté des Filles de la Charité est arrivée à Fain-lès-Moutiers, en 1964. La maison natale de sainte Catherine Labouré fut progressivement transformée en lieu d’accueil avec pour mission de transmettre le message de la Vierge Marie à Catherine et d’assurer le service des malades à domicile. Nous sommes aujourd’hui, une communauté de cinq Sœurs.

Aux hommes et aux femmes de notre temps, en quête de sens,  la Maison Sainte-Catherine offre un lieu d’écoute, de partage et de rencontre pour exprimer leur questionnement, leur soif  d’approfondir la foi chrétienne. La communauté est disponible pour les  accueillir et se mettre à leur service. Nous recevons :

des gens de passage :

  • des personnes isolées ou des familles viennent pour demander et remercier pour des guérisons, des conversions, la venue d’un enfant. Lorsqu’elles ne peuvent se déplacer, elles nous confient leurs intentions familiales et professionnelles par courrier ou par téléphone…
  • des touristes curieux découvrent une ferme bourguignonne et sont surpris d’y trouver un lieu habité par une histoire, une présence…
  • plus rarement, des pèlerins de grands chemins sont heureux de pouvoir faire étape…

des groupes très différents, de tous milieux, du secteur, du diocèse de Dijon ou des diocèses limitrophes qui nous sollicitent pour une journée, un week-end ou quelques jours de retraite. Le rayonnement hors-frontières de la maison est dû, en particulier, aux membres de la Famille vincentienne – Filles de la Charité, Prêtres de la Mission et  collaborateurs laïcs – qui viennent du monde entier se ressourcer auprès de sainte Catherine.

Cette mission d’accueil nous la vivons en tant que Filles de la Charité, en nous mettant au service des personnes, avec le souci de transmettre le message de foi et d’espérance confié à sainte Catherine Labouré et vécu par elle. Nous partageons ce service avec le personnel laïc de notre maison et les bénévoles qui nous offrent leur collaboration lorsque nous recevons des groupes plus nombreux.

Lors des visites, il n’est pas rare de voir des personnes éloignées de la foi être bousculées intérieurement ; remontent à la mémoire des souvenirs de l’enfance, celui d’une première communion, d’une mère ou d’une grand’mère ; quelques-uns montrent la médaille qu’ils portent sur eux depuis longtemps…. Les gens se confient facilement, car ils savent trouver auprès de nous : écoute, discrétion, bienveillance sans jugement.

Toute l’organisation de notre vie communautaire est faite en fonction de l’accueil. La communauté se construit jour après jour par le don et l’engagement de chacune. Nous sommes très différentes de tempéraments, d’histoires et de parcours personnels, mais nous sommes unies dans la conviction d’un même appel. Dans un monde marqué par les conflits et la violence, notre vie communautaire témoigne qu’il est possible d’établir une vraie fraternité dans le respect des différences et l’accueil mutuel.

La prière en commun témoigne de notre foi en la présence du Christ vivant au nom duquel nous sommes rassemblées : la liturgie des Heures, matin et soir, l’oraison quotidienne et l’eucharistie deux fois par semaine avec les personnes de notre secteur paroissial… Notre chapelle est ouverte, l’horaire des offices affiché et nous accueillons toutes les personnes qui désirent se joindre à notre prière.

Celles et ceux qui franchissent le portail de la maison peuvent ainsi repartir dans une confiance renouvelée en Marie, Vierge Immaculée et notre Mère, pour vivre l’Evangile au quotidien et, à l’exemple de Catherine, se mettre au service de leurs frères, en particulier les plus démunis.