Année de la Foi et Résurrection

En cette année de la foi, nous vous proposons quelques extraits de documents de l’Eglise qui vous accompagneront en ce mois où nous célébrons la fête de Pâques.

NOUS CROYONS (Catéchisme de l’Eglise Catholique)

166. La foi est un acte personnel : la réponse libre de l’homme à l’initiative de Dieu qui se révèle. Mais la foi n’est pas un acte isolé. Nul ne peut croire seul, comme nul ne peut vivre seul. Nul ne s’est donné la foi à lui-même comme nul ne s’est donné la vie à lui-même. Le croyant a reçu la foi d’autrui, il doit la transmettre à autrui. Notre amour pour Jésus et pour les hommes nous pousse à parler à autrui de notre foi. Chaque croyant est ainsi comme un maillon dans la grande chaîne des croyants. Je ne peux croire sans être porté par la foi des autres, et par ma foi, je contribue à porter la foi des autres.

991. (Catéchisme de l’Eglise Catholique)

Croire en la résurrection des morts a été dès ses débuts un élément essentiel de la foi chrétienne. ” Une conviction des chrétiens : la résurrection des morts ; cette croyance nous fait vivre ” (Tertullien res. 1, 1) :

Comment certains d’entre vous peuvent-ils dire qu’il n’y a pas de résurrection des morts ? S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Mais si le Christ n’est pas ressuscité, alors notre prédication est vide, vide aussi votre foi. (…) Mais non, le Christ est ressuscité des morts, prémices de ceux qui se sont endormis (1 Co 15, 12-14. 20).

Répondre aux appels de l’Esprit : Gaudium et spes

11. Mû par la foi, se sachant conduit par l’Esprit du Seigneur qui remplit l’univers, le Peuple de Dieu s’efforce de discerner dans les événements, les exigences et les requêtes de notre temps, auxquels il participe avec les autres hommes, quels sont les signes véritables de la présence ou du dessein de Dieu. La foi, en effet, éclaire toutes choses d’une lumière nouvelle et nous fait connaître la volonté divine sur la vocation intégrale de l’homme, orientant ainsi l’esprit vers des solutions pleinement humaines.

L’importance de la christologie – L’importance décisive de la résurrection

Chers frères et sœurs, (BENOÎT XVI, Audience générale, mercredi 5 novembre 2008)

Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre message est sans objet, et votre foi est sans objet (…) vous n’êtes pas libérés de vos péchés” (1 Co 15, 14.17). Avec ces puissantes paroles de la première Lettre aux Corinthiens, saint Paul fait comprendre quelle importance décisive il attribue à la résurrection de Jésus. Dans cet événement, en effet, se trouve la solution du problème posé par le drame de la Croix. A elle seule, la Croix ne pourrait pas expliquer la foi chrétienne, elle resterait même une tragédie, l’indication de l’absurdité de l’être. Le mystère pascal consiste dans le fait que ce Crucifié “est ressuscité le troisième jour conformément aux Ecritures” (1 Co 15, 4).