Sr. GABRIELLA BORGARINO (première partie)

Première partie:

Sr. GABRIELLA BORGARINO Fille de la Charité (1880 – 1949)

“Divine Providence du Cœur de Jésus, veillez sur nous!”

Picture Borgarino

“Je ne suis qu’un instrument misérable que Jésus souhaite utiliser. Je ne veux rien de plus que de l’aimer, de le servir et l’aider à sauver des âmes.” (4 Août, 1932)

Gabriella Borgarino est née à Boves, une ville dans le nord de l’Italie, dans la province de Cuneo. Sa mère a éduqué ses enfants dans la foi, beaucoup plus par son exemple que par la parole, son père était un travailleur infatigable. «Nous étions pauvres, et quand ma mère faisait du pain et alors qu’il était encore chaud, elle nous appelait ma sœur et moi et nous disait: prenez, le premier pain, il doit être offert au Seigneur, apportez le aux pauvres, mais faites-le secrètement, parce que l’aumône doivent être faite de cette façon ».

Teresa Borgarino (son nom de baptême) a passé une enfance paisible. Elle a reçu le sacrement de confirmation quand elle avait environ sept ans, et à neuf ans, elle fit sa première communion. De ses propres dires, nous savons que depuis son enfance, elle a reçu le don d’entendre en elle-même la voix aimable de Jésus. Dès qu’elle a reçu sa première communion, elle entendit la voix divine lui dire: «Tu seras soeur. » En effet, quand elle eut 19 ans, elle entra dans la Compagnie des Filles de la Charité, malgré l’opposition de ses parents. A la fin du mois de mars 1900, Teresa a commencé son postulat à l’hôpital de Fossano, et au bout de trois mois, elle est entrée à San Salvario, la maison provinciale des Filles de la Charité à Turin, afin de commencer son séminaire. Elle était radieuse, même si elle a connu la souffrance du détachement de ses proches, de son village et de sa vie simple d’une fille de la campagne. Dans tout ce qui lui a été demandé, elle s’est engagée avec beaucoup de détermination: dans sa prière, ses études et son travail, en gardant toujours les yeux fixés sur Jésus pour surmonter toutes les difficultés qu’elle a rencontrées.

En 1902, Teresa Borgarino termina le séminaire, et sa première mission a été de faire la cuisine à la “Miséricorde” à Angera (Varese), sur le lac Majeur. Sr.Teresa bientôt se distingue par son dévouement aux pauvres, sa simplicité et sa gentillesse. En 1906, elle est envoyée dans une nouvelle mission, comme cuisinière, dans l’importante maison de retraite « Rezzonico » à Lugano, située dans la partie italophone de la Suisse. Au fond de son cœur, elle était certaine que «Partout où l’obéissance m’enverra, là je trouverai Jésus pour servir et c’est suffisant pour moi. ».

Le 2 Juillet 1906, à 26 ans, Sœur Borgarino a prononcé pour la première fois les vœux de pauvreté, chasteté, obéissance et de service des pauvres. Comme l’a dit Sœur Borgarino à plusieurs reprises, en juin 1919, à l’âge de 39 ans, Jésus a donné ses instructions sur la façon d’honorer son Sacré-Cœur. Lors de la célébration de la messe dans l’église de la “Madonnetta” à Lugano, après la Sainte Communion, elle a vu le Cœur de Jésus entouré de roses rouges et blanches, placé au centre d’une grande feuille blanche, et Jésus lui a suggéré de répéter cette courte prière: « Ô Jésus, mon trésor, donne-moi ton cœur». Sœur Gabriella s’offre à Jésus pour accomplir la mission qui lui avait été confiée.