« L’Esprit Saint, amour du Père et du Fils »

L’Esprit Saint, amour du Père et du Fils, remplit la terre. Jésus ne nous a pas laissés orphelins. Bien sûr, la lutte entre le bien et le mal persiste, car «le Royaume des cieux souffre violence» Mat 11,12. Dans le monde, il y a toujours la haine et la guerre, l’injustice et l’oppression.

holy-spirit-saint-peter-basilica-romeMais il nous a été donné un Esprit d’amour et de liberté. Il suffirait de le laisser agir et de collaborer à son action transformatrice. Quand il en est ainsi, les signes du Royaume apparaissent : une culture de solidarité, de réconciliation, de vie… face à l’égoïsme, à la haine et à la mort. «Viens, Esprit Saint, renouvelle la face de la terre ! »

Nous avons besoin de la présence transformante de l’Esprit dans l’Église. Lui seul peut obtenir que la communauté de Jésus soit croyante en des temps d’incroyance, qu’elle espère contre toute espérance en des heures de découragement et de désespérance, qu’elle aime dans des périodes de division et d’absence de solidarité. Nous avons besoin du Paraclet pour nous conduire à la pleine vérité, à l’unité dans la diversité, à la liberté face à des structures pesantes et insupportables. Nous avons besoin de Lui, comme vent et feu de la Pentecôte. Qu’il nous remplisse de courage apostolique, qu’il dissipe nos craintes et nos désillusions et nous entraîne avec une nouvelle ardeur dans la mission évangélique. « Viens, Esprit Saint, renouvelle la face de la terre ».

1 BluecariNous avons besoin de la force transformatrice de l’Esprit Saint dans la Compagnie.

La Compagnie a besoin de la présence de l’Esprit Saint et de ses dons de sagesse et de conseil pour discerner les signes des temps…

Sainte Louise demandait que la Compagnie soit «dépendante du Saint-Esprit». Dépendre de l’Esprit Saint signifie se laisser guider par les critères de Jésus et non par ceux du monde, permettre que ce soit Lui qui fasse naître en nous des attitudes de discernement évangélique et de conversion continue aux valeurs du charisme vincentien.

La Compagnie a besoin de la présence transformante de l’Esprit qui, tel un vent fort, l’oriente et la pousse sur le chemin voulu par Lui…

Nous avons besoin de la lumière et de la force de l’Esprit pour en faire une réalité dans chaque culture et dans chaque œuvre. C’est dans cette intention que nous l’invoquons : «Viens, Esprit Saint, nous ouvrons à ta présence, renouvelle la Compagnie et fais-en un témoin de l’amour de Dieu parmi les pauvres !».

Père Quintano

Echos de la  Compagnie janvier 1998