Lumière de Pentecôte

42AMARL’expérience de lumière de Sainte Louise, expérience qui s’est produite à la Pentecôte 1623, a mis fin à ses nombreuses inquiétudes, luttes intérieures et souffrances, et s’est traduit par une conviction plus profonde de son amour pour Dieu et son prochain.

Cette expérience que Louise a vécue est courante dans la vie des personnes qui s’efforcent de se donner totalement à Dieu et au prochain, elle est l’expression par excellence du grand commandement que le Seigneur Jésus nous a donné.

Filles de sainte Louise, et disciples de Jésus-Christ, vous êtes appelées à vous donner de tout votre cœur au Seigneur : c’est-à-dire de toute votre âme, de tout votre esprit et de toutes vos forces, pour aimer votre prochain comme vous-mêmes. C’est cette Alliance que vous scellez avec Dieu; une alliance entre vous, une alliance avec d’autres membres de la Famille Vincentienne. C’est surtout l’alliance avec les personnes qui vivent dans la pauvreté.

Comme il est indiqué dans l’Évangile, il n’y a pas de plus grand commandement que celui-ci. En regardant de près ce commandement qui nous vient du Seigneur Jésus, nous voyons qu’il est fondé sur la vie de relation. Je voudrais aller encore plus loin pour dire que cette vie de relation implique un partenariat avec Dieu, un partenariat les unes avec les autres en communauté, avec la Famille vincentienne et avec les personnes qui sont pauvres.

Les membres de la Famille vincentienne concentrent leur attention sur cette relation particulière qui a existé entre Vincent et Louise, une relation que j’appelle partenariat, mais un partenariat qui va au delà de celui d’une relation de travail entre personnes. Vincent et Louise étaient deux compagnons de route, partageant les grâces qu’ils avaient reçues de Dieu, l’expérience de l’amour de Dieu qu’ils manifestaient dans leurs efforts pour servir les Pauvres de leur temps. Nous pouvons sans hésitation, parler d’une relation saine fondée sur l’amour de Dieu incarné dans leur affection mutuelle et celle qu’ils portaient aux collaborateurs qui se joignaient à eux dans cette grande mission de service des pauvres.

Dieu appelle toute l’humanité à entrer dans un partenariat, qui n’est pas réservé aux personnes mariées, mais un partenariat qui consiste à vivre de l’amour dont il nous a aimé le premier; un partenariat qui fait la différence entre la vie communautaire vécue selon les Constitutions et une vie communautaire superficielle, un partenariat avec la Famille vincentienne qui est autre chose que de ne répondre qu’en parole aux nombreuses années d’invitation des responsables de la Famille vincentienne mais œuvrer en vue d’une vraie collaboration; un partenariat qui contribue à construire l’unité et la solidarité avec celles et ceux qui sont le besoin, un partenariat avec celles et ceux qui nous l’espérons seront les acteurs dans leur propre vie, les personnes qui vivent dans la pauvreté. Ce partenariat ou cette alliance prend racine en Dieu et s’achève en Dieu.

Père Gregory Gay, Supérieur général (Echos – juin 2009)