Témoignage

DSC03015

Après plusieurs années dans une Communauté du Sud de la France, je suis arrivée en 2007 à la Maison-Mère, accueillie chez les Sœurs ainées, à la Communauté Saint Joseph. C’était une nouvelle étape de ma vie, certainement la dernière.

Après une vie « hyperactive », je redoutais un peu de ne plus avoir d’activités et de vivre au ralenti. Dès les premiers jours, je découvris que je me trompais largement !

Nous étions une Communauté de 35 à 40 Sœurs âgées de 75 à 100 ans, venant de la mission « ad Gentes » ou d’un service à la Maison-Mère.

Rapidement j’ai commencé à enseigner le français aux Sœurs étrangères et, après un temps d’adaptation, j’ai retrouvé ici le dynamisme et la simplicité, caractéristiques de nos Communautés de Filles de la Charité.

Dès le matin, deux ou trois Sœurs vont au bureau d’écoute de la Chapelle pour accueillir et écouter les personnes qui le souhaitent. D’autres reçoivent les intentions de messes ou sont à l’écoute téléphonique. Plusieurs mettent en sachet les médailles qui, quotidiennement, partent dans le monde entier. Certaines Sœurs répondent à l’abondant courrier.

Mais le service majeur de notre Communauté de Sœurs ainées demeure la prière. Notre vie est rythmée par les temps communautaires, les temps d’oraison, les Offices dans notre Oratoire. Celui-ci est connecté avec la Chapelle et nous sommes ainsi unies à la prière des pélerins.

Les fêtes liturgiques ou communautaires sont l’occasion de belles célébrations et de rencontres fraternelles et joyeuses. La fête des Sœurs jubilaires, de 60 ou 70 ans de fidélité à leur vocation, est un beau témoignage d’amour dans la durée.

Et ne croyez pas que nous ne nous déplaçons pas ! Chaque année une sortie est organisée à laquelle la grande majorité des Sœurs participent : visite, repas à l’extérieur, joie partagée …

Les moments de détente communautaire apportent les nouvelles du jour apprises à la radio, la télévision ou internet. Une bibliothèque est à notre disposition. Nous pouvons aussi profiter de conférences données à l’ensemble des Sœurs de la Maison-Mère. Les visites des Sœurs de passage nous donnent des nouvelles des pays dont elles arrivent. Tout est intéressant et nous permet de rester en lien avec le monde entier et de prier pour lui.

Enfin, une fois par semaine nous participons à un atelier « mémoire » pour l’entretien de cette faculté si précieuse et si fragile à notre âge. Nous avons aussi la possibilité d’une séance de gymnastique douce pour l’assouplissement de nos articulations qui subissent le poids des ans !

Mon témoignage serait incomplet si je ne parlais pas des Sœurs malades ou devenues handicapées par le grand âge. Avec quelle attention, quelle délicatesse et compétence, nous sommes soignées par nos Sœurs infirmières !

Comme vous le constatez, rien ne manque dans notre Communauté de Sœurs ainées, havre de paix, où nous pouvons vivre en charité fraternelle les dernières années, qui nous préparent à la grande rencontre avec le Christ que nous avons servi dans les pauvres.

Une Sœur ainée, de la Communauté Saint Joseph