Comment une Fille de la Charité comprend les attentes de l’Année de la Vie Consacrée?

Dans la Lettre apostolique du 21 novembre 2014 à toutes les personnes consacrées, François a souligné les OBJECTIFS, les ATTENTES et les HORIZONS de l’Année de la Vie Consacrée, lancée le premier dimanche de l’Avent. Ce mois-ci nous nous arrêtons sur les attentes mentionnées dans le message du pape, du point de vue de la perspective vocationnelle des filles spirituelles de saint Vincent et de sainte Louise.

US Sisters under ten years vocation#1 Que nous soyons appelés à expérimenter et à montrer que Dieu est capable de combler notre cœur et de nous rendre heureux, sans avoir besoin de chercher ailleurs notre bonheur ; que l’authentique fraternité vécue dans nos communautés alimente notre joie ; que notre don total dans le service de l’Église, des familles, des jeunes, des personnes âgées, des pauvres, nous réalise comme personnes et donne plénitude à notre vie.

Mon cœur encore tout plein de joie de l’intelligence qu’il me semble que notre bon Dieu lui a donné de ces mots: Dieu est mon Dieu ! (Sainte Louise, L.369)

La vie consacrée ne grandit pas si nous organisons de belles campagnes vocationnelles, mais si les jeunes qui nous rencontrent se sentent attirés par nous, s’ils nous voient être des hommes et des femmes heureux ! De même, son efficacité apostolique ne dépend pas de l’efficacité ni de la puissance de ses moyens. C’est votre vie qui doit parler, une vie de laquelle transparait la joie et la beauté de vivre l’Évangile et de suivre le Christ.

#2 J’attends que « vous réveilliez le monde », parce que la note qui caractérise la vie consacrée est la prophétie. Comme je l’ai dit aux Supérieurs Généraux « la radicalité évangélique ne revient pas seulement aux religieux : elle est demandée à tous. Mais les religieux suivent le Seigneur d’une manière spéciale, de manière prophétique ». Voilà la priorité qui est à présent réclamée : « être des prophètes qui témoignent comment Jésus a vécu sur cette terre…Jamais un religieux ne doit renoncer à la prophétie ».

“Les Filles de la Charité ont le souci constant de promouvoir toute personne dans toutes les dimensions de son être. C’est pourquoi elles se mettent à l’écoute de leurs frères et sœurs pour les aider à prendre conscience de leur propre dignité et à devenir eux-mêmes les agents de leur promotion. Elles transmettent les appels et les aspirations légitimes des plus défavorisés qui n’ont pas la possibilité de se faire entendre” (C. 24e).

Le prophète reçoit de Dieu la capacité de scruter l’histoire dans laquelle il vit, et d’interpréter les événements : il est comme une sentinelle qui veille durant la nuit et sait quand arrive l’aurore (cf. Is 21, 11-12). Il connait Dieu et il connait les hommes et les femmes, ses frères et sœurs. Il est capable de discernement et aussi de dénoncer le mal du péché et les injustices, parce qu’il est libre ; il ne doit répondre à d’autre maître que Dieu, il n’a pas d’autres intérêts que ceux de Dieu. Le prophète se tient habituellement du côté des pauvres et des sans défense, parce que Dieu lui-même est de leur côté.

Je ne dois pas considérer un pauvre paysan ou une pauvre femme selon son extérieur, ni selon ce qui paraît de la portée de leur esprit…Mais tournez la médaille, et vous verrez par les lumières de la foi que le Fils de Dieu, qui a voulu être pauvre, nous est représenté par ces pauvres…O Dieu ! qu’il fait beau voir les pauvres, si nous les considérons en Dieu et dans l’estime que Jésus-Christ en a faite ! (St. Vincent, XI, 19)

Focus On collage#3. Les religieux et religieuses, à égalité avec toutes les autres personnes consacrées, sont appelés à être « experts en communion ». J’attends par conséquent que la « spiritualité de la communion », indiquée par saint Jean-Paul II, devienne réalité, et que vous soyez en première ligne pour recueillir le « grand défi qui se trouve devant nous » en ce nouveau millénaire : « faire de l’Église la maison et l’école de la communion ». Je suis certain que durant cette Année vous travaillerez avec sérieux pour que l’idéal de fraternité poursuivi par les Fondateurs et Fondatrices grandisse à tous les niveaux, comme des cercles concentriques.

La communion s’exerce avant tout à l’intérieur des communautés respectives de l’Institut.

Il m’a semblé que pour être fidèles à Dieu, nous devions être en une grande union les unes avec les autres, et que, comme le Saint-Esprit est l’union du Père et du Fils, que la vie que volontairement nous entreprenons, se doit exercer dans cette grande union des cœurs . (Sainte Louise, A.75)

J’attends, de plus, que grandisse la communion entre les membres des divers Instituts.

La vie consacrée est appelée à poursuivre une sincère synergie entre toutes les vocations dans l’Église, en partant des prêtres et des laïcs, en sorte de « développer la spiritualité de la communion, d’abord à l’intérieur d’elles-mêmes, puis dans la communauté ecclésiale et au-delà de ses limites »

Dans le respect des situations particulières, assumant la cause des pauvres, elles collaborent selon les directives de l’Eglise avec ceux qui défendent leurs droits. (C. 24e)

Elles collaborent avec les forces vives de la pastorale du lieu et font leur possible pour promouvoir les laïcs responsables. (S. 9b)

#4 J’attends encore de vous ce que je demande à tous les membres de l’Église : sortir de soi-même pour aller aux périphéries existentielles. « Allez partout dans le monde »

Ne vous repliez pas sur vous-mêmes, ne vous laissez pas asphyxier par les petites disputes de maison, ne restez pas prisonniers de vos problèmes. Ils se résoudront si vous allez dehors aider les autres à résoudre leurs problèmes et annoncer la bonne nouvelle. Vous trouverez la vie en donnant la vie, l’espérance en donnant l’espérance, l’amour en aimant.

« Vous avez une vocation qui vous oblige à assister indifféremment toutes sortes de personnes, hommes, femmes, enfants, et généralement tous les pauvres qui ont besoin de vous ». (Saint Vincent, jan 6, 1658)

Lebn-Refugees-V&VJ’attends de vous des gestes concrets d’accueil des réfugiés, de proximité aux pauvres, de créativité dans la catéchèse, dans l’annonce de l’Évangile, dans l’initiation à la vie de prière.

#5. J’attends que toute forme de vie consacrée s’interroge sur ce que Dieu et l’humanité d’aujourd’hui demandent.

« Il faut que vous soyez prêtes à servir les pauvres partout où l’on vous enverra : généralement en tous les endroits où vous pourrez assister les pauvres, puisque c’est votre fin ». (Saint Vincent, oct 18, 1655)

Personne, cependant, cette Année, ne devrait se soustraire à une vérification sérieuse concernant sa présence dans la vie de l’Église et sur la manière de répondre aux demandes nouvelles, continuelles, qui se lèvent autour de nous, au cri des pauvres.

C’est seulement dans cette attention aux besoins du monde et dans la docilité aux impulsions de l’Esprit, que cette Année de la Vie Consacrée se transformera en un authentique Kairòs, un temps de Dieu riche de grâces et de transformations.