UN PARCOURS D’ESPOIR POUR LA FAMILLE DE AHMED

Focus_June_16_01A l’occasion du Jubilé de la Miséricorde, les Filles de la Charité de la Province de Sardaigne ont répondu à l’appel que le Pape François a fait aux paroisses, aux communautés religieuses, aux monastères et aux sanctuaires de toute l’Europe pour vivre concrètement l’Evangile en accueillant une famille de réfugiés. Notre Supérieure générale a encouragé les provinces d’Europe à tenir compte de cet appel, qui correspond au charisme de la Compagnie.

Eveillées et attentives aux signes des temps, pour discerner et dénoncer les causes profondes de la pauvreté, en tenant compte de l’émergence des nouvelles pauvretés, nous sommes appelées à donner des réponses efficaces, intrépides, même risquées qui réclament l’audace de la Charité. (DIA page 15)

En face de la tragédie de dizaines de milliers de réfugiés qui fuient la mort provoquée par la guerre ou la faim. Sur le chemin de l’espérance de la vie, l’Evangile, l’Eglise et la Compagnie nous interpellent, comme des «voisins» qui s’occupent du plus petit et du plus abandonné. Notre désir est de donner aux réfugiés «un espoir concret» qu’elles ont une chance de grandir et de surmonter la pauvreté, en les aidant et les en soutenant.

Focus_June_16_02Le voyage de l’espoir pour la famille d’Ahmed a commencé le 18 février, quand les Filles de la Charité lui ont ouvert leur porte avec sa femme Aysha et son fils Omar. Ahmed a réalisé qu’une nouvelle vie pourrait être possible si loin de leur pays. Maintenant qu’il y a aussi Khadija, qui a juste 15 jours, les sourires reviennent sur les visages de la maman (31 ans) et du papa (36) qui sont remplis d’un espoir « nouveau ». Ils croient en un avenir possible dans ce pays qui semble maintenant moins étranger qu’il y a dix mois. En tout cas, Ils ne sont pas venus à Cagliari (Sardaigne) poussés par «le rêve de l’Europe.

Focus_June_16_04La Providence a voulu qu’il y ait un appartement vide dans la Maison Provinciale des Filles de la Charité de Sardaigne, “Mater Nostra”. La famille d’Ahmed a fui la Libye à bord d’un radeau, à cause de la guerre. Elle s’est réfugiée au Ghana. A Tripoli, Ahmed avait un emploi et sa famille vivait bien, mais ils ont fui à cause de la peur de la guerre! À ce moment, nous aidons la famille de Ahmed à trouver sa place et à s’inculturer dans notre milieu. Le petit Omar a déjà fréquenté notre école maternelle. De plus, nous créons un réseau d’amis et de collaborateurs qui permettront de donner un emploi à Ahmed et à sa femme.

Focus_June_16_03Ce projet de logement, voulu et promu par toutes les communautés locales des Filles de la Charité de la Sardaigne, est mené en collaboration avec Caritas pour une durée de six mois, renouvelable.

Comme François le dit: «La charité est contagieuse, passionnée, et comporte des risques ! ». En fait, dans l’intervalle, deux autres familles ont été accueillies dans deux autres communautés locales. Une famille nigériane est accueilli à Quartu Sant’Elena et une autre famille ghanéenne est accueilli à Sassari dans la maison Sainte Louise.

Dans notre province, nous essayons de vivre ce que notre Document Inter Assemblées suggère: demeurer dans le Christ, aimer, servir, vivre avec les plus pauvres et aller ensemble vers les périphéries du monde : rester dans le Christ, aimer, servir et vivre avec ceux qui sont les plus pauvres et ensemble pour aller vers les périphéries du monde. Que notre passion pour le Christ et les pauvres guide toujours nos attitudes et nos choix.

Les Filles de la Charité de la Province de la Sardaigne

Extrait de l’Unione Sarda