Appeler a la saintete

QUI EST SOEUR LINDALVA?

Lindalva Justo de Oliveira est née le 20 octobre 1953, dans un lieu appelé Malhada da Areia, dans la municipalité d’Assu, dans le Rio Grande du Nord. Elle est la fille du deuxième mariage de l’agriculteur João Justo da Fé – un veuf avec trois enfants – avec la jeune Maria Lúcia da Fé. Lindalva est la sixième des treize enfants du couple. Elle a été baptisée le 7 janvier 1954 dans la chapelle d’Olho D’Agua, paroisse Saint-Jean-Baptiste, par Mgr Júlio Alves Bezerra.

Les sœurs ont noté sa disposition naturelle à servir. Elle était remplie d’une joie profonde quand elle était au service des personnes âgées et invitait ceux qui les servaient à le faire avec un amour sincère.

Le 16 juillet 1989, le jour de Notre-Dame du Carmel, Lindalva et cinq autres sœurs ont commencé le séminaire à Recife. Le 29 janvier 1991, sœur Lindalva a été envoyée à Salvador, à Bahia, où elle a travaillé à l’abri de l’abbaye Dom Pedro II, dans le quartier de Rome. Cette institution, fondée en 1887, aide les personnes âgées démunies. Sœur Lindalva a été affectée à un pavillon de 40 personnes âgées.

Sr Lindalva était modeste, simple et discrète, elle a témoigné de pureté dans ses attitudes et a agi en tout avec charité. Au milieu de nombreuses occupations, elle a encore trouvé le temps de rendre visite aux pauvres chez eux, avec les dames de la charité et de recueillir des fonds pour répondre à leurs besoins. Sa grande force était d’être pleinement présente à toute vie humaine, ce qui l’a encouragée à nourrir la flamme de la foi et de la charité. C’est ainsi que la jeune sœur décrit son union et son amour pour Dieu, c’est un amour plénier lorsqu’il est uni au service humble et constant des autres.

Sœur Lindalva n’a pas oublié d’avouer qu’en toute situation, elle avait la ferme pensée de servir avec humilité l’amour du Christ. “Nous devons servir avec amour et donner au frère le plus pauvre, où Dieu vit et nous attend.”Avec tous, elle a partagé cet amour, sans oublier les amis et les proches, les jeunes femmes et surtout les souffrants. Pour tout le monde, elle avait un mot d’encouragement au moment précis où cela était nécessaire.

Le martyre

… En 1993, le refuge de D. Pedro II a accueilli sur recommandation, parmi les personnes âgées, un homme de 46 ans, nommé Augusto da Silva Peixoto. Il a harcelé sœur Lindalva et est même allé jusqu’à exprimer ses intentions. Elle a commencé à avoir peur et a essayé de s’éloigner de cet homme autant que possible. Elle a partagé ce secret avec d’autres sœurs et s’est réfugiée dans la prière. Son amour pour les personnes âgées la retint de quitter cette maison et elle dit à une sœur: «Je préférerais que mon sang coule plutôt que de partir d’ici. Augustus, n’ayant pas trouvé auprès de soeur Lindalva un amour réciproque, est allé au marché et a acheté un couteau.

Sœur Lindalva a participé au chemin de croix, à l’aube, dans la paroisse de Boa Viagem, en compagnie de ses sœurs de la communauté et des paroissiens. À son retour, elle est allée préparer le déjeuner pour les personnes âgées. Elle monta les escaliers jusqu’à l’infirmerie, mit son tablier et, comme elle préparait le plateau, sentit un contact sur son épaule: elle se retourna et eut le temps de voir le visage furieux de l’homme qui était arrivé dans cette maison depuis des mois…

Le temps était venu de donner sa vie. C’était le vendredi saint, le 9 avril 1993. L’ homme a tué sr Lindalva de 44 coups de couteau. Elle a baigné dans son propre sang. Au moment de ce meurtre résonne les Écritures : « Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » (Mt 20,28). Selon le rapport médico-légal ont été trouvé dans son corps, 44 plaies profondes, comme dans le corps de son maître, 39 plaies, ainsi que les stigmates des mains, des pieds et du cœur sacré.

Sœur Lindalva a vécu le martyre après quelques années de vie consacrée. Le martyre signifie le don de sa propre vie comme preuve d’un grand amour pour Dieu et pour ses frères. Elle était convaincue de sa vocation, elle était née pour se donner à Dieu en la personne des pauvres et elle ne voulait rien de plus que vivre ce don avec dévouement et amour.

En ce vendredi saint, alors que le Christ mourait sur la croix, sœur Lindalva mourait dans son infirmerie. Le Christportait 39 plaies, et avec les 5 plaies des pieds, des mains et du côté, cela fait 44, chiffre qui unit symboliquement la mort de soeur Lindalva à lapassiondu Christ, que peu de minutes auparavant elle venait de célébrer par le chemin de Croix. Tout au long de la nuit, une foule de fidèles, de prêtres, de religieux, de personnes de tout statut social sont venus de toute la ville, lui rendre hommage. Le matin du samedi saint, l’évêque Lucas Moreira Neves, alors cardinal primat de Salvador, a célébré ses funérailles.

Au cours de la messe du dimanche, il a dit que quelques années de vie religieuse suffisaient à sr Lindalva pour recevoir la grâce du martyre, car elle a donné sa vie par amour et il a ajouté : « Elle a reçu le vêtement blanc, comme tout chrétien, lors de son baptême: son vêtement est son habit bleu de Fille de la Charité, qui a été baigné du Sang de l’Agneau (Apocalypse 7:14) ; vêtement blanc comme l’aube claire de la Pâque de Jésus, dans lequel est apparu Jésus, trois jours après le tragique vendredi saint. Telle l’aube limpide, ce fut le vêtement de sa propre Pâque! “

L’année 2018 revêt une importance particulière pour les filles de la Charité, car nous célébrons le 25 ème anniversaire du martyre de la Bienheureuse soeur Lindalva. Que son exemple de fidélité à la volonté de Dieu et sa manière de servir auprès des plus pauvres nous encouragent à suivre le Christ.

___________________________________________________________

Si vous avez reçu des grâces de sr Lindalva, merci de les communiquer à l’adresse suivante:

Cúria Provincial das Filhas da Caridade

Rua Henrique Dias, 208   Boa Vista

50070-140  Recife  PE

Tel.: (81) 4009 9609 or (81) 4009 9600

aspvrsec@veloxmail.com.br

Sœr Maria de Fátima do Nascimento FdlC
et Sœr Leonete Custódio, Filles de la Charité

___________________________________________________________

Appeler a la saintete – Archives