Personnes sans-abri à Fortaleza

homeless.1[Province de Fortaleza – Brésil] Il n’y a pas besoin d’aller très loin pour voir sur les places, sur les trottoirs, des personnes qui demandent de l’argent aux feux de circulation ou qui dorment sous un arbre. Aujourd’hui, environ 4500 personnes vivent ainsi dans la ville de Fortaleza. C’est la septième ville la plus violente dans le monde et la deuxième ville la plus violente au Brésil, selon une enquête menée par une ONG mexicaine cette année. Selon le ministère du Travail, du Développement social et de lutte contre la faim (Setra), les sans-abri à Fortaleza sont invisibles pour beaucoup de gens et effrayent une grande partie de la population.

Le nombre de sans-abri a augmenté en raison de la croissance de la population elle-même, de la drogue, d’une rupture des liens familiaux et du chômage. Site à ces difficultés, ils finissent dans la rue, qui est «le fond». La consommation et la dépendance au crack ont augmenté  parmi les sans-abri, en particulier parmi les jeunes et les enfants.

Affaiblis par ces circonstances, les gens vivant dans les rues à Fortaleza ne trouvent leur sécurité quotidienne, dans les rues de cette capitale, qu’en eux-mêmes. Comptant principalement sur ​​eux-mêmes pour survivre, ils sont à la merci de la drogue, de l’alcoolisme et de la charité de quelques personnes. La société et les gens en général se sont habitués à la présence des sans-abri, comme quelque chose de normal; ils ne s’indignent plus. C’est une situation problématique et incroyable : l’incapacité de la société à s’indigner du nombre croissant de personnes qui vivent en marge de la société qui offre normalement des produits de base comme l’alimentation, l’hygiène, le bain et des vêtements propres.

Chaque personne sans-abri représente le Christ menacé de mort. “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” (Mt 25,40). Les Filles de la Charité de la province de Fortaleza ne sont pas restées indifférentes ni insensibles à leur réalité de ceux qui sont exclus et marginalisés par la société. La nuit, nous nous promenons dans les rues désertes et les places de la capitale, en direction de ceux vers qui personne ne veut aller. Nous apportons de la nourriture et prenons soin de leurs douleurs et de leurs blessures. Notre objectif est non seulement un service corporel mais aussi un service spirituel. Nous consacrons notre temps à les servir et confions notre mission à Dieu: “Pour rendre Dieu présent aux pauvres”, quels que soient leurs besoins. Notre charisme est vivant et actif et nécessite amour, soins, dévouement, audace et créativité.

« Une sœur ira 10 fois le jour voir les malades, 10 fois par jour elle y trouvera Dieu… » (IX, 252). La tâche n’est pas facile. Le chemin est difficile et parfois dangereux. Mais ce qui nous pousse et nous motive à rencontrer les personnes sans-abri est notre amour pour Jésus-Christ. Ce que nous faisons pour les pauvres, nous le faisons au Christ lui-même !

Sœurs de la Communauté de la Maison provinciale

 homeless.2  homeless.3  homeless.4
Views: 1 410