Le pèlerinage des vincentiens en Espagne: «Qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous?» …

[Espagne] La chanson commence par ces mots et notre aventure aussi. Nous sommes un groupe de pèlerins composé de Filles de la Charité, de Pères Lararistes et de jeunes vincentiens, au total 21 personnes. Nous venons de toute l’Espagne, rassemblés par le Saint-Esprit et le charisme de Saint Vincent de Paul. Nous  partons aux périphéries – nos périphéries – rejoindre des lieux oubliés par nos sociétés, mais où Dieu est très présent. Nous ne savons pas ce que cette route nous réserve, mais nous sommes sûrs que le Saint-Esprit va nous accompagner et nous aider à nous déplacer. C’est une «expérience magnifique» pour les 400 ans de notre charisme, un moment idéal pour se sentir un peu comme des étrangers, pour se rapprocher du Calvaire que tant de migrants subissent, même si nous sommes «très conscients que nous ne pouvons pas percevoir réellement ce qu’il traversent. «Nous espérons être des témoins dans nos communautés et contribuer avec notre simple présence, à ce que nos communautés deviennent plus fraternelles et plus tolérantes avec ceux qui vivent l’exil.

Etape 1 Séville, Projet « Espérance »
Regards, sourires, espoirs… </strong

À la périphérie de Séville, beaucoup de témoignages difficiles mais optimistes nous ont saisis. De jeunes migrants sont aidés dans le Centre « Pine » : ils reçoivent une formation pour rejoindre le marché du travail. Ils se sentaient nerveux face à nous mais ont choisi résolument de partager leurs histoires. Ensemble, nous voyageons un moment dans leur monde. Ils sont partis le 15 septembre à 8 heures du matin et ils ont atteint la «terre promise», traversant les montagnes, dérivant pendant 3 jours à la mi-janvier. Nous nous attendions à voir des visages tristes, douloureux, mais nous avons découvert, des sourires et un grand désir de vivre. Nous constatons malheureusement  que les noms et les visages changent mais que les histoires se répètent.

De retour à la maison provinciale de Séville, ces histoires difficiles restent gravées dans nos têtes. Nous avions pensé que ce serait un séjour de simples rencontres, mais nous avons perçu tout de suite que, dans ces 15 jours, il n’y aurait rien de simple. Nous partagions des témoignages qui nous parlaient de la réalité des migrants.

Dans l’après-midi, nous avons été invités à être des «lieux d’envol et de vie», avec des décollages continus, sans crainte, osant s’envoler vers les périphéries. C’était un séjour intense, plein de vie et qui nous a rempli d’Esprit Saint pour la suite. Ce ne sera pas facile, mais nous comptons sur vos prière.

Views: 1 105