Service de la Cathechese Sacramentelle

catechese.afriquecentrale[Province d’Afrique Centrale] Pendant notre séminaire, nous avons eu l’opportunité et la joie de préparer les enfants au sacrement du baptême et à leur communion solennelle. Chaque samedi nous nous rendions à Mpungwe (Un centre de la Paroisse Ngoma- Butare) où nous avons accompagné spirituellement plus de cent trente enfants, les amenant à découvrir les sacrements et à bien vivre les engagements du baptême, et nous nous sentions motivées pour vivre les nôtres.

Dans ce service, nous avons constaté que quelques enfants rencontrent beaucoup de difficultés qui sont un handicap pour leur éducation, intellectuellement et spirituellement, surtout l’abandon de la scolarité liée à la pauvreté. Nous avons découvert aussi une  nouvelle pauvreté : le manque de parrains et marraines pour les enfants très pauvres. Il semble que les célébrations des sacrements soient comprises par certaines personnes comme une charge matérielle trop lourde (par exemple, l’habillement et à la fête de famille). Donc les enfants très pauvres sont refusés, de peur que cette charge incombe aux parrains ou marraines,  et qu’il n’y ait aucun espoir de faire la fête chez eux. Cela pousse les enfants à aller vers d’autres religions et  à abandonner la catéchèse.

Dans certains cas les familles, dont les membres appartiennent à des religions différentes ne comprennent pas. L’enfant se prépare au baptême, mais vers la fin il reste dans l’incertitude, personne ne l’encourage, et il finit par abandonner. Là, nous avons constaté que l’éducation familiale de base fait défaut, on trouve à Mpungwe beaucoup de familles séparées ou qui vivent des conflits, ce qui empêche l’intégration d’autres éléments éducatifs ultérieurs dans la catéchèse.

Malgré toutes ces difficultés, beaucoup d’enfants ont soif de connaître Dieu. Ils sont motivés pour participer à la catéchèse et ont une simplicité remarquable qui facilite leur ouverture et leur partage de vie. Nous remercions le Seigneur qui nous a  données la grâce d’accompagner ces enfants dans leur cheminement de foi. 

« Car annoncer l’Evangile n’est pas un motif d’orgueil pour moi, c’est une nécessité qui s’impose à  moi : malheur à moi si je n’annonce pas l’évangile ! » (1 Cor 9, 16).

Sœur Donatille et Sœur Angélique

Sœurs  du Séminaire

Views: 1 605