Les routes sinueuses de l’océan Atlantique

atlantic.1Soeur Germaine Price, représentant la Compagnie des Filles de la Charité à l’ONU, nous partage ci-dessous les nouvelles de New York : 

[ONU-ONG] Année après année, la douloureuse route qui passe par la zone triangulaire entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques et vice-versa, a transporté plus de 15 millions d’hommes, de femmes et d’enfants sur une période d’environ 400 ans. Ce fut la plus grande migration forcée de l’histoire et indéniablement l’une des plus inhumaines.

Ce commerce triangulaire des esclaves reliait les économies des trois continents et procédait en trois étapes. Les navires quittaient l’Europe occidentale pour l’Afrique chargés de marchandises qui devaient être échangées contre des esclaves. A leur arrivée en Afrique, les capitaines échangeaient leurs marchandises contre des esclaves captifs. Les armes et la poudre à canon étaient les produits les plus importants, mais les textiles, les perles et d’autres produits manufacturés, ainsi que le rhum, étaient également en forte demande. L’échange pouvait durer d’une semaine à plusieurs mois. La deuxième étape était la traversée de l’Atlantique. Les Africains étaient transportés en Amérique pour être vendus à travers le continent. La troisième étape reliait l’Amérique à l’Europe. Les marchands d’esclaves ramenaient principalement des produits agricoles, récoltés par les esclaves. Le principal était le sucre, suivi par le coton, le café, le tabac et le riz.

Un circuit complet durait environ dix-huit mois. Afin de pouvoir transporter le nombre maximum d’esclaves, l’entrepont du navire était souvent retiré, entraînant une surpopulation et d’innombrables morts. Au début du XIXe siècle, il était devenu clair pour la communauté internationale que le commerce des peuples asservis n’était plus tolérable et il a été aboli dans la plupart des pays dans les années 1870. En 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU a déclaré que «Nul ne doit être tenu en esclavage ou en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes ».

Cependant, en 2013, le monde est témoin d’une nouvelle forme d’esclavage, véritable peste qui concerne quelques 27 millions de personnes – traite des êtres humains, comme «le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace ou le recours à la force ou d’autres formes de contraintes, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou profitant d’une situation de vulnérabilité, ou par l’offre ou l’acceptation de paiements ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre personne, à une fin d’exploitation ».

Quelle est la différence avec la version transatlantique de l’esclavage? La grande différence est que le déplacement n’est plus simplement triangulaire. Il est maintenant mondial et couvre l’ensemble du globe sur des routes sinueuses. L’esclavage doit aussi être aboli – MAINTENANT!

Pour plus d’information sur la Compagnie des Filles de la Charité à l’ONU: www.cmdcngo.org

atlantic.2

Views: 1 076