… Des mages à l’hôpital …

photo36[Province Belgique-France-Suisse] L’Epiphanie est passée…mais le Seigneur continue de nous accompagner jour après jour. Voici l’histoire d’un couple qui accompagne leur fille, Adèle, à l’hôpital et qui y rencontre l’étoile du Seigneur !

Ce soir du 5 janvier, Adèle, notre fille, est prise de violents maux de ventre. Jacques, mon mari et moi sommes de suite persuadés d’une crise de l’appendice…. Après l’avis de notre médecin traitant, nous prenons le chemin de l’hôpital de Belley.

A notre arrivée, nous sommes pris en charge de suite au service pédiatrie par l’infirmière et l’auxiliaire de puériculture qui exécutent les premiers examens. Puis arrive le pédiatre, un homme d’une quarantaine d’année, très simple, un africain. Celui-ci est très posé, très calme tant dans ses gestes que dans sa voix. Il dresse un premier bilan : peut-être une infection de l’appendice… « Il faut attendre l’évolution ! » nous dit-il d’une voix très rassurante. Je ne le suis pourtant pas. Je ne suis pas médecin mais les symptômes que me montre Adèle sont exactement les mêmes que ceux que j’ai eu pour la même occasion. Coïncidence ou non, j’ai été opérée au même âge qu’elle, pratiquement jour pour jour. Au fond de moi, je me morfonds déjà : « Ils vont la faire trainer…. », « J’aurais dû l’emmener à Annecy…ils auraient été plus efficaces »…..

Arrive ensuite le chirurgien de garde, un bel homme, grand costaud, à l’accent slave et difficilement compréhensible. Il nous pose quelques questions, nous fait redire. Je parle lentement, simplifie le vocabulaire. Le pédiatre vient également à notre secours en reformulant lui aussi nos réponses. Je suis alors pris d’une crise de panique : « Ce n’est pas possible…je rêve !….viens Jacques, on s’en va !…. Cet homme qui va opérer ma fille ne comprend même pas ce que je lui dis…comment peut-il l’opérer ? » L’infirmière semble tout aussi inquiète que moi et je n’hésite pas à lui confier mes craintes. Elle cherche quelques mots pour me rassurer. Je suis prête à partir. Mais le bilan tombe…. Il faut opérer et vite. Plus question de partir, de réfléchir, il faut se dépêcher. Il ne reste plus qu’à faire une chose …. ce qu’on appelle FAIRE CONFIANCE.

Nous conduisons Adèle au bloc et là se présente cette fois un homme de type asiatique, sourire aux lèvres, très sympathique. « Bonjour, je suis l’anesthésiste. Je vais prendre votre fille en charge. Oh ! 12 ans !, elle a le même âge que ma fille !…. Attendez-nous là, promis je viens vous chercher dès la fin de l’opération. »
Trois quart d’heure plus tard, je suis en salle de réveil, à côté d’Adèle… Tout s’est bien passé…..
Je regarde ma montre…. Il est un peu plus de minuit. Nous sommes le 6 janvier 2016 …..et j’en suis persuadée… nous venons de rencontrer ….les 3 rois mages…..

epiphanie-ev1L’épiphanie de 2016.

C’est l’histoire d’un couple démuni et impuissant face à son enfant malade… un couple en attente….
C’est la rencontre avec l’africain, l’européen de l’est et l’asiatique….des mages actuels…possédant la science nécessaire pour redonner la lumière à notre petite étoile. Comment s’appellent-ils ces 3 là ? Peut-être Melchior, Gaspard et Balthazar ?

C’est la peur de l’inconnu… la panique….l’attente… puis l’obligation de basculer dans la CONFIANCE.
En tous le cas, une belle ouverture à la diversité …. Car grâce à tous les 3, elle brille à nouveau notre petite étoile !

La maman d’adèle.

Views: 2 252