Avec les palmes à la main

beatif.1[Province de Barcelone] … « Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main » (Ap 7,9).

Debout et pleins d’espérance, comme des serviteurs qui attendent leurs maîtres … ; nos frères et sœurs ont pu entrer par la porte des vainqueurs, avec leurs lampes allumées par l’huile de la Charité. Ils vivaient au service de leurs frères et sœurs, les plus pauvres. Ils avancent avec les palmes de l’apocalypse, les agitant comme dans une fête. Ils portent des robes blanches … Il ne pouvait pas en être autrement, car ils ont été purifiés dans les sources transparentes de la grâce de Dieu.

A Tarragone, l’Eglise d’Espagne a célébré la fête de la foi, joyeuse comme Marie dans l’intimité du Seigneur et heureuse, se réjouissant de la présence de tant d’enfants et de filles de la Charité pour qui, ” l’amour de la vie ne les a pas dissuadés de la donner jusqu’à la mort. “

A Tarragone, la Compagnie se rappelle et revit les paroles prophétiques de Saint- Vincent de Paul adressées aux Filles de la Charité et aux Lazaristes :

« Il y en a parmi vous, mes chères sœurs, je le sais bien, qui, par la grâce de Dieu, aiment tant leur vocation qu’elles se feraient crucifier, déchirer et couper en mille morceaux plutôt que de souffrir quelque chose de contraire ; et il y en a bon nombre par la miséricorde de Dieu. Mais cela n’est pas donné à toutes. » (SV, Coste IX, 25 décembre 1648).

« Dieu est honoré par l’état où il est détenu, puisque c’est pour son amour ; et la Compagnie serait bien heureuse si Dieu l’a trouvait digne de lui donner un martyr … » (Nouvelles de Francis Le Blanc, XI, 114, avril 1655).

Les fils et filles de St Vincent et de sainte Louise ont chanté et prié sous le soleil méditerranéen … ; l’écho est parti aux quatre coins du monde parce que nous étions unis par le sentiment d’être une famille, une famille qui marche sur le chemin avec ses frères et sœurs. Le bonheur, présent sur tous les visages, était le signe de ce qui s’est passé à l’intérieur, dans le cœur de chacun d’entre nous. Le cantique de l’Apocalypse n’était plus un mystère car il a fait place à des expressions festives de gratitude … Nous avons obéi à son invitation parce que c’était le bon moment : « réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. »

Merci, Seigneur. Tu les as appelés, tu les as nourris avec ton pain et ta Parole; merci Marie, tu étais là comme une mère, recevant le beau cadeau de leur vie.

Sœur Rosa Mendoza, Fille de la Charité

beatif.2

beatif.3

beatif.5
Views: 1 369