Témoignage: Mission auprès des Haïtiens – Belo Horizonte – Minas Gerais – Brésil

[Province de Brésil – Belo Horizonte] Dans la ville industrielle de Contagem et Betim, lieux faisant partie à Belo Horizonte, capitale de l’État de Minas Gerais – Brésil, de nombreux Haïtiens arrivent chaque semaine, grâce à des liens familiaux ou d’amitié. Quand un Haïtien parvient à se stabiliser avec son foyer et son emploi, il économise immédiatement de l’argent pour l’envoyer à des parents ou des amis qui sont restés en Haïti, afin qu’ils puissent aussi venir au Brésil. Ainsi, de nombreuses communautés se sont formées.

Quand un prêtre Lazariste de l’une des paroisses de Contagem a vu la réalité de ces migrants, il a contacté les Filles de la Charité de la Maison Provinciale de Belo Horizonte et celles-ci sont ensuite entrées en contact avec les Vincentiens de ces lieux. Ensemble, ils ont élaboré des plans d’action pour aider les Haïtiens à trouver leur place au Brésil. La première étape consistait à obtenir de la nourriture, du mobilier et ce dont ils avaient besoin pour commencer à vivre dans un autre pays. Lors de leur arrivée, ils se sont débrouillés tous seuls pour trouver des logements, et se sont accueillis entre eux. La deuxième étape consistait à créer des classes pour l’apprentissage des langues. Les Haïtiens ne comprenaient que le français et le créole. Un Vincentien leur apprenait les langues, les instruisait avec l’aide de deux Filles de la Charité. Puis, une autre Soeur de la Province, qui connaît le français, s’est mis à leur disposition pour les aider à apprendre le portuguais.

Les cours ont lieu le lundi dans la salle paroissiale de Contagem et le mercredi à Betim chez une dame qui a cédé une partie de sa maison pour le déroulement des cours; ceux -ci sont pratiques et en accord avec leur réalité et leurs besoins. À la fin de chaque cours sont offerts des collations et des dons (nourriture et autres) pour les aider à soutenir leur famille.

Actuellement, beaucoup d’Haïtiens peuvent déjà s’exprimer très clairement en portugais et cet apprentissage les a aidé lors de la recherche d’un emploi, dans les relations de travail et de convivialité avec les Brésiliens.

En plus des classes, les Vincentiens, les bénévoles de la paroisse et les trois Filles de la Charité engagées dans cette mission, les aident à prendre contact pour trouver des emplois. Mais ceux-ci ne correspondent pas toujours à la profession de chacun, c’est dû au fait qu’ils arrivent au Brésil, sans aucun outil de travail qui correspond à leur qualification, puisqu’ils doivent quitter Haïti avec seulement un petit bagage. Il sont aussi envoyés au Centre ZAMNI (Centre de l’ami en créole) afin de régulariser leurs papiers, nécessaires pour le séjour au Brésil.

Comme beaucoup sont porteurs de maladies, ils sont aussi suivis médicalement, parfois dans l’un des hôpitaux de la Province.La difficulté culturelle devient un obstacle à la réalisation du travail, surtout pour les femmes, puisque la plupart des services sont liés au nettoyage et à la cuisine. Malheureusement, les femmes ne sont pas prêtes à assumer ces tâches et elles finissent par perdre leur emploi ou la chance d’en trouver d’autres.

Le défi consiste maintenant à mettre sur pied un projet qui leur permettra de faire ce genre de travail, pour qu’elles puissent travailler et gagner de l’argent pour aider leur famille. Nous prévoyons de mettre en place des cours de formation dans le domaine des tâches domestiques et d’acheter les accessoires nécessaires à la pratique de la coiffure, car beaucoup de femmes la pratique. Nous devons les aider à être les actrices de leur propre histoire ! En ce moment nous cherchons l’aide financière pour investir. Cette mission est gratifiante. C’est merveilleux de voir la joie dans les yeux de chaque Haïtien lorsque nous rencontrons toutes les familles.

Nous demandons à Dieu de continuer à nous inspirer et à éclairer les bénévoles qui nous ont rejoint tout au long de cette mission, afin que nous continuions à apporter, avec joie, les aides nécessaires à ces frères et sœurs migrants. Qu’il nous donne autant de force et d’audace pour ne jamais être découragées par les défis.

Sr Jane Carla Gomes de Souza, Sr Maria Rozaria Silva et Sr Shirley Santos Silva
Filles de la Charité de la Province de Belo Horizonte – Brésil
engagées dans le service auprès des migrants Haïtiens.

Views: 1 979