Journée mondiale de l’aide humanitaire 19 août 2016

UN flag 320[ONU Genève] Cette année, la journée mondiale a été centrée sur le rôle important des JEUNES. Le récent Pacte pour l’aide humanitaire (Istanbul, mai 2016) a montré l’action efficace des jeunes, surtout s’ils sont encouragés à devenir des « moteurs » pour la vie de leur communauté.

Ce sont les réflexions de plusieurs jeunes qui ont animé la 1ère partie de la rencontre :

160924 UN 2

∞ C’est Azor, une jeune femme médecin d’Arabie saoudite arrivée en Grèce pour soigner. A sa descente d’avion, on a appelé en urgence une personne parlant arabe pour guider un bateau qui arrivait dans une mauvaise direction. Ce jour-là, grâce à sa parole, 65 réfugiés ont été sauvés.

∞ C’est Marie, une étudiante suisse, du Valais, partie à 19 ans en Roumanie avec « Point Cœur » pour partager la vie des plus pauvres dans un bidonville. Puis ensuite au Liban, en Iraq avec les Kizidies. Elle a été frappée, le soir d’une longue journée de distribution, par une petite fille restée près d’elle et qui à la fin, lui a pris la main, la retenant quelques minutes près d’elle. Marie a découvert qu’il est important de donner et partager, mais encore plus de se donner de soi-même.

∞ C’est Nan Buzard, du Conseil des agences des volontaires, qui appuie l’engagement d’Istanbul : engager et protéger les jeunes car ils ne sont pas suffisamment protégés.

∞ C’est Kerstin-Magdalena de Pologne qui a travaillé pour la Croix Rouge internationale et le Croissant Rouge dans plusieurs pays. Elle a découvert l’importance des jeunes dans l’action humanitaire et ses expériences ont façonné ses valeurs. Elle est persuadée que les jeunes sont prêts à agir et qu’ils sont généreux pour le faire

∞ C’est George du Pérou, universitaire qui cherchait à aider les gens. Il a alors rejoint une équipe de pompiers volontaires. En 2007 lors du tremblement de terre en Haïti qui a fait tant de morts et de blessés, il a participé aux secours. L’arrivée des pompiers du monde entier pour aider des personnes qu’ils ne connaissaient même pas, l’a incité à en faire autant et l’a conforté dans son engagement permanent comme pompier.

Et enfin, c’est Filippo Grandi, nouveau Haut-Commissaire pour les Réfugiés, et Stefan de Mitsura, l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie qui ont donné leur témoignage. Tous deux ont été de jeunes volontaires et leurs premières expériences ont été déterminantes pour orienter leur engagement avec l’ONU.

Après cette rencontre qui a rassemblé un millier de personnes, il y a eu la minute de silence et de souvenir pour les derniers volontaires tués. Quelques rafraîchissements ont été les bienvenus en cette période de grandes chaleurs.

A Genève, le 3 septembre
Soeur Monique Javouhey, FdlC

160924 UN 1

 Pour plus d’information sur la Compagnie des Filles de la Charité à l’ONU: www.cmdcngo.org

Views: 1 911