“Vous êtes l’heure de Dieu” – 34ème Journée mondiale de la jeunesse au Panama

[Province de Varsovie] « Vous n’êtes pas l’avenir de Dieu : vous les jeunes vous êtes l’heure de Dieu. » a déclaré le pape François lors de la messe de la 34e Journée mondiale de la jeunesse, le 27 janvier sur le terrain Jean-Paul II de Metro Park à Panama City.

Du 18 au 29 janvier 2019, une délégation de la famille vincentienne de Pologne est partie en pèlerinage aux 34 ème Journées Mondiales de la Jeunesse au Panama. Étaient présents le père Maciej Musielak CM, directeur national de la JMV, Joanna Kielmas, représentante de la JMV, Kinga Zakrzewska Kinga, présidente de la Jeunesse Vincentienne, Artur Sobolewski, un sympathique de la JMV et Soeur Elżbieta Piętka, coordonnatrice du JMV de la province de Varsovie.

La première étape de notre rassemblement a été à San Jose’de Malambo, où se trouvent des Filles de la Charité. Au cours de l’eucharistie, la médaille miraculeuse, dont le revers était le portrait des pauvres, a été apportée en procession. Celà pour exprimer la joie des jeunes vincentiens venant de tous les continents, attirés par le témoignage de l’amour de Saint-Vincent, percevant le Christ dans chaque être humain, en particulier chez les pauvres.

Trois thèmes ont été abordés : la joie d’être vincentien ; la joie d’annoncer l’Évangile et Marie, Mère des Pauvres, à partir d’extraits, choisis dans l’Évangile.

La prière commune, les réunions de groupe et les conversations individuelles, malgré les barrières linguistiques, nous ont donné une nouvelle force et un regard plein d’espoir pour nos missions si diversifiées, dans l’esprit vincentien. Nous avons beaucoup apprécié la présence de notre Père Général Tomaž Mavrič et sa disponibilité, à tout moment, pour parler, enregistrer un message, s’intéresser chaque personne.

Le lundi 21 janvier, nous nous sommes réunis au centre-ville pour participer aux réunions organisées dans les paroisses et sur le campus de la Miséricorde avec la possibilité de prier aux points de rencontre. Il y avait des espaces réservés à chaque vocation, ce qui était très bien pour se rencontrer. Les confessionnaux étaient aux couleurs des Journées mondiales de la jeunesse, fabriqués par des prisonniers. La cérémonie d’ouverture officielle de la messe, sous la direction de l’archevêque de Panama, nous a préparé à la joie de rencontrer le Saint-Père. Il est bon de ressentir l’enthousiasme d’une vague de jeunes. C’est le plus beau témoignage de la foi et les mots deviennent alors inutiles. Nos habits, nos drapeaux et l’emblème avec la médaille étaient aussi une proclamation de l’Évangile. Beaucoup de gens ont posé des questions sur notre petite Compagnie. Beaucoup de jeunes ont entendu parler de Saint Vincent de Paul. À cette occasion, nous avons remis des médailles miraculeuses qu’ils ont acceptées avec émotion et gratitude.

 Il y a eu également une grande joie lorsque le pape François nous a accueillis et nous a bénis. Ce fut une grande fête des jeunes, rassemblés au nom de Jésus, aux côtés de sa mère, devant la magnifique statue de Marie, patronne du Panama. Il est difficile de décrire des expériences aussi riches et variées.

Les mots les plus mémorables du pape, que j’ai adopté comme devise sont : “Vous êtes l’heure de Dieu”. Je suis heureuse dans la vocation de Fille de la Charité. Je veux faire le don de moi-même, encore plus intensément, pour que “l’amour dans ma vie quotidienne, soit créatif à l’infini”. Le pape a souligné :

Pour Jésus il n’y a pas d”entre-temps”, mais un amour de miséricorde qui désire faire son nid et conquérir le cœur. Il veut être notre trésor parce Jésus n’est pas un ”entre-temps” dans la vie ou une mode passagère, il est amour de don qui invite à se donner.

L’Évangile doit exprimer dans la vie quotidienne de chaque chrétien, un amour concret du don de soi, comme Marie, qui a dit : “Qu’il me soit fait selon ta Parole”.

En méditant le chemin de croix, le pape François nous a encouragés :

Contemplons Marie, femme forte. D’elle nous voulons apprendre à rester debout à côté de la croix. Avec la même détermination et le même courage, sans dérobades et sans illusions. Elle a su accompagner la souffrance de son Fils, ton Fils ; le soutenir dans le regard et le protéger avec le cœur. Douleur qu’elle a subie, mais qui ne lui a pas fait baisser les bras. Elle a été la femme forte du “oui”, qui soutient et accompagne, protège et prend dans ses bras. Elle est la grande gardienne de l’espérance.

Pour résumer le message aux jeunes, je terminerai par ma réponse à la question posée par le Saint-Père :

Qu’est-ce que je veux que Dieu rénove dans mon cœur ?

Oui, je veux être une “personne influente” à la manière de Marie, qui a osé dire : “qu’il en soit ainsi. ” Après tout, “seul l’amour nous rend plus humains”.

Que notre Dieu soit remercié pour le don de notre Mère immaculée, pour sa protection et la bonté du cœur de sa mère, pour le don de notre famille vincentienne, pour chaque “VINCENTIEN” que nous avons pu rencontrer.

Views: 702