loader image

Gràce réparatrice

janvier 31, 2023

O mon ami, prends courage.

Le travail de réparation est douloureux par sa lenteur et beau par ses centimètres par laquelle il arrivera.

Ne priez pas pour être patient, mais pour persévérer. Demandez l’endurance pour nous aider à apprendre à respirer au milieu de la peur, à aimer en présence de la tristesse, à rêver dans la courbure du monde qui peut être fait.

Jan Richardson

J’ai lu cette bénédiction il y a quelques jours et je l’ai rapprochée du travail de plaidoyer que nous mettons en œuvre aux Nations Unies, ce travail est douloureux dans sa lenteur et beau dans la durée de son avènement.

A l’aube de cette nouvelle année, il est difficile de ne pas faire le bilan de l’année écoulée.

J’ai compris l’ampleur de l’Agenda 2030 et de ses 17 objectifs de développement durable https://sdgs.un.org/goals . Ils reconnaissent que l’éradication de la pauvreté et des autres privations doit s’accompagner de stratégies visant à améliorer la santé et l’éducation, à réduire les inégalités et à stimuler la croissance économique, tout en luttant contre le changement climatique et en œuvrant à la préservation de nos océans et de nos forêts. J’ai commencé à me demander comment une ONG individuelle pourrait réussir à les mettre en œuvre ? La mise en œuvre des objectifs est une question énorme, mais je pense que si nous disons que les personnes sont au centre de l’agenda et que chaque personne compte, alors nous, Filles de la Charité, mettons déjà en œuvre ces objectifs.

Aucun travail ne peut être effectué ici si vous n’êtes pas connecté, à différents niveaux. Liés en termes de comités d’ONG, de groupes, d’agences des Nations unies et liés en termes d’États membres. L’aspect relationnel du travail est le plus important, car il nous permet d’entrer dans une relation de confiance pour discuter des questions qui comptent vraiment. Collaborer avec des personnes qui ont des connaissances, des dons et des talents est très important pour notre travail de sensibilisation.

Nous vivons dans un monde d’inquiétude. La pandémie de Covid-19, qui a entraîné des revers en matière de développement humain dans presque tous les pays, continue de tourner de manière imprévisible. La guerre en Ukraine et ailleurs a engendré davantage de souffrances humaines. Des températures record, des incendies, des tempêtes et des inondations tirent la sonnette d’alarme de systèmes planétaires de plus en plus hors de contrôle. Ensemble, ils alimentent une crise du coût de la vie ressentie dans le monde entier, dressant le tableau d’une époque incertaine et de vies instables. L’incertitude n’est pas nouvelle, mais ses dimensions prennent aujourd’hui de nouvelles formes inquiétantes. Un nouveau « complexe d’incertitude » émerge, jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Elle est constituée de trois volets volatils et interactifs : les pressions et inégalités planétaires déstabilisantes de l’Anthropocène, la recherche de transformations sociales globales pour atténuer ces pressions, et la polarisation omniprésente et croissante. Ce nouveau complexe d’incertitudes et chaque nouvelle crise qu’il génère entravent le développement humain et perturbent les vies dans le monde entier ; le recul démocratique s’est aggravé. Il y a un danger dans les nouvelles incertitudes, dans l’insécurité, la polarisation et la démagogie qui règnent dans de nombreux pays. Mais il y a aussi des promesses, une occasion de réimaginer l’avenir, de renouveler et d’adapter les institutions et de créer de nouvelles histoires sur qui nous sommes et ce que nous valorisons.

Dans son discours d’ouverture à la conférence de presse de fin d’année, le secrétaire général Gutierrez a formulé le souhait qu’ensemble, nous adoptions et réalisions un cadre ambitieux – un pacte de paix avec la nature – et transmettions à nos enfants un monde meilleur, plus vert, plus bleu et plus durable. Nous avons besoin de tous les ponts pratiques pour une action climatique plus rapide et plus audacieuse. Une fenêtre d’opportunité reste ouverte, mais il ne reste qu’un mince rayon de lumière.

  » Je suis plus déterminé que jamais à faire de 2023 l’année de la paix, une année d’action.

Nous ne pouvons pas accepter les choses telles qu’elles sont.

Nous devons aux gens de trouver des solutions, de se battre et d’agir.

Parfois discrètement, mais toujours avec détermination, nous nous battrons.

Promouvoir la paix et la sécurité.

Faire progresser les objectifs de développement durable et lutter contre les inégalités.

Réformer un système financier international moralement en faillite.

Garantir les droits de l’homme pour tous à l’occasion du 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme l’année prochaine.

Et pour offrir une planète vivable à nos enfants et petits-enfants. »