loader image

Une lumière qui brille dans l’obscurité

octobre 1, 2023

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. (Jn 15, 13)

Le 10 septembre 2023, avec deux Sœurs de ma communauté, j’ai pu me rendre à Markowa, dans le sud-est de la Pologne. L’occasion était particulière car une famille polonaise entière devait être béatifiée sur le lieu de son martyre : Wiktoria et Jozef Ulma et leurs 7 enfants, qui ont caché 8 juifs persécutés des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les organisateurs de la béatification ont voulu nous préparer spirituellement à vivre cet événement. L’aumônerie des jeunes de l’archidiocèse de Przemyśl a préparé une pièce de théâtre sur la famille Ulma, avec un message profond, spécialement destiné aux jeunes. Elle présente la valeur et le pouvoir du sacrement du mariage et l’ouverture à la conception d’une vie qui est le fruit d’un véritable amour mutuel et de la confiance en Dieu. Malgré leur pauvreté, les Ulma lisaient souvent les Écritures à la maison. Il est probable que pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les Allemands ont décidé d’exterminer le peuple juif, ils ont souligné dans leur Bible le passage sur l’amour des ennemis et la parabole du Samaritain miséricordieux, à côté desquels ils ont ajouté le mot « OUI ». C’est peut-être le résultat de la décision commune de Wiktoria et Jozef d’héberger dans leur propre maison huit Juifs menacés de mort par les Allemands. « A L. Le couple était conscient qu’eux et leurs enfants pouvaient aussi payer de leur vie, car la responsabilité de cacher et d’aider les Juifs était collective. Quelqu’un les dénonce. Le 24 mars 1944, les gendarmes allemands tuent 17 personnes : toute la famille Ulma, y compris le bébé de moins de 9 mois que portait Wiktoria, et 8 Juifs. À la veille de la fête de l’Annonciation, leur fiat commun s’est réalisé. « L’amour des Ulma n’a pas failli, même s’il leur a coûté la vie », a chanté un soliste dans l’un des chants consacrés à la famille, avant le début de la messe de béatification.

Environ 37 000 fidèles ont assisté à l’eucharistie. La messe, qui a débuté à 10 heures, était présidée par le cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour la cause des saints. Parmi les milliers de prêtres et les membres de la Conférence épiscopale polonaise se trouvaient des invités étrangers, dont les cardinaux Robert Sarah et Gerhard Müller, ainsi que le grand rabbin de Pologne, Michael Schudrich. La lecture de l’acte de béatification est devenue une proclamation de victoire : l’amour qui nous a été donné par la famille de la bienheureuse Ulma a été victorieux. La béatification, en particulier celle de la bienheureuse qui n’est pas encore née, est également un acte symbolique pour les personnes qui se sentent aujourd’hui perdues et rappelle à chacun le droit fondamental à la vie. Le Saint-Père, le pape François, que nous avons rejoint alors qu’il priait sur la place Saint-Pierre à midi à Rome, a déclaré : « Les nazis ont assassiné toute cette famille parce qu’elle accueillait des juifs persécutés. Ils ont combattu la haine et la violence de l’époque avec l’amour de Jésus. Cette famille polonaise a été une lumière brillante dans les ténèbres de la Seconde Guerre mondiale. Puisse-t-elle devenir un exemple à suivre pour nous tous ».

Outre la famille Ulma, de nombreux autres Polonais avaientt également accueilli des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Un millier d’entre eux, comme Wiktoria et Józef Ulma, l’ont payé de leur vie. Grâce au musée de la famille Ulma, dédié aux Polonais qui ont sauvé des Juifs de Markowa, ces Polonais ont été immortalisés pour l’histoire et pour les générations futures. Après la messe, le Président de la Pologne, Andrzej Duda, qui était présent, leur a rendu hommage à la fin de son discours.

Après la cérémonie, je suis rentrée chez moi avec mes sœurs, le cœur plein de paix et d’amour. La profondeur de la prière et l’exemple des martyrs sont devenus une nourriture, renforçant mon âme pour apprendre à aimer comme eux.

Soeur Anna Wilkońska